d-canada.gif (1272 octets)

Canada


Dernière modification :
13-02-04A

Situation politique et économique
Situation énergétique
Électricité
Production
Transport
Distribution
Entreprises étrangères

 

Situation politique et économique

Sources : USA.CIA. World Factbook 2001 / Chiefs of State and Cabinet Members of Foreign Governments, 2002 ; Quid, 2002 ; 
Capitale Ottawa
Carte Canada
Population 31,6 M  (2001 ; 01E) 
Langues Anglais (officielle), français (officielle)
Alphabétisation 97 % (2001 ; 86E) 
Religions Catholiques romains (42 %), Protestants (40 %), autres (18 %)
Espérance de vie 79,56 ans (2001 ; 01E)
Fête nationale 1er juillet
Superficie 9 976 140 km2
Ressources naturelles Nickel, zinc, cuivre, or, plomb, molybdène, potasse, argent, poisson, hydraulique, bois,  pétrole, gaz, , charbon
PIB 774,7 G$US (2001 ; 00E)
Croissance 4,3 % (2001 ; 00E) 
Inflation 2,6 % (2001 ; 00) 
Dette extérieure 1,9 G$US (2001 ; 2000) 
Monnaie Dollar canadien
Chômage 6,8 % (2001 ; 00E) 
Associations  AEN, AIE, AIEA, AIF, ALENA, ANSEA, APEC, BAD, BADEA, BASD, BDC, BERD, BIAD, BIRD, Commonwealth, FMI, G-7, OCDE, OEA, OHI, OMC, ONU (Légende)
  
Gouvernement

Premier Ministre : Paul Martin

Gouverneur général : Adrienne Clarkson
Ministre de l'Environnement : David Anderson
Ministre des Finances : Ralph Goodale
Ministre des Affaires extérieures : Bill Graham
Ministre de la Coopération internationale : Aileen Carroll
Ministre du Commerce internationale et de l'Investissement : James Scott Peterson
Ministre des Ressources naturelles : John Efford
(2004 ; 22-12-03)

Situation politique Le Canada est un État indépendant depuis le 1er juillet 1867. C'est une démocratie parlementaire confédérale de type britannique. Les dernières élections législatives fédérales ont eu lieu le 27 novembre 2000. Le Parlement canadien est bicaméral : la Chambre des Communes compte 301 députés élus au suffrage universel et le Sénat a 104 sièges. Les Sénateurs sont nommés par le Gouverneur général sur recommandation du Premier Ministre. Le Gouverneur général est désigné par le Monarque du Royaume-Uni sur recommandation du Premier Ministre. Le Gouverneur général nomme automatiquement Premier Ministre le chef du Parti ayant gagné l'élection législative. Le Premier Ministre désigne le Conseil des Ministres. Les principaux partis politiques canadiens sont le Parti Libéral, le Parti Conservateur et le Bloc Québécois. Les prochaines élections législatives sont prévues d'ici 2005. (2004 ; 12-02-04)

 

Situation énergétique

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy,  2002 ; UNDP. Human Development Report 2001 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Utility Data Institute, 2002 ; Protocole de Kyoto, 2002 ; Ressources naturelles Canada, Site, 2003 ; Association canadienne de l'électricité (ACÉ). Site, 2003 ; Office national de l'énergie (ONÉ). Site, 2003 ;

Électricité

 

Accès à l'électricité Couverture quasi complète. (2002 ; 28-02-02)
  Augmentation de la demande Entre 1990 et 1999, l'augmentation annuelle moyenne de la demande en électricité a été de 1,3 % au Canada. (2002 ; 99)
  Consommation 499,8 TWh (2002 ; 00)
  Consommation par habitant 15 071 KWh/an (2002 ; 98)
  Production
Annuelle (2002 ; 00)

Puissance installée (2002 ; 00)

Totale 576,22 TWh 100 % 110 790 MW
Combustibles fossiles (total) 145,8 TWh 25,3 % 33 130 MW
Charbon nd nd nd
Gaz nd nd nd
Pétrole nd nd nd
Géothermique nd nd nd
Hydroélectricité 352,07 TWh 61,1 % 66 944 MW
Nucléaire 68,7 TWh 11,9 % 10 615 MW
Solaire nd nd nd
Autre 9,0 TWh 1,6 % 100 MW
  Exportations

48,80 TWh/an (2002 ; 00)

La plus grande part des exportations canadiennes d'électricité vers les États-Unis vont des provinces de l'Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick vers les États de la Nouvelle-Angleterre et celui de New-York. De plus petites quantités d'électricité sont également exportées à partir des provinces de Colombie-Britannique et du Manitoba vers les États de Washington, du Minnesota, de Californie et d'Oregon. (2002 ; 28-02-02)

États-Unis  42,9 TWh (2002 ; 99)
  Importations

12,69 TWh/an (2002 ; 00)

États-Unis  Les États-Unis exportent de l'électricité au Canada. (2002 ; 28-02-02)
  Historique Consommation, production, puissance installée, exportations et importations de 1991 à 2000, voir tableau
Charbon (2002 ; 00E)
  Consommation  60,8 Mt (millions de tonnes)
  Production  69,1 Mt
  Exportation nd
  Importation nd
  Réserve 6 576 Mt (2002 ; 01-01-01E)
Gaz naturel (2002 ; 99E)
  Consommation  87,9 Gm3 (milliards de m3)
  Production  177,4 Gm3
  Exportation 95,1 Gm3
  Importation  0,8 Gm3
  Réserve  1 727 Gm3 (2002 ; 01-01-01E)
Pétrole (2002 ; 00)
  Consommation  2,1 M barils/jour
  Production  2,8 M barils/jour
  Exportation  754 000 barils/jour (2002 ; 99E)
  Importation  178 000 barils/jour (2002 ; 99E)
  Réserve  4 700 M barils (2002 ; 01-01-01E)
Cartes

Réseau de l'Ontario et les principales lignes d’interconnexion

Pour les cartes des réseaux de transport du Québec et du Nouveau-Brunswick, voir les fichiers Québec et Nouveau-Brunswick.

Déficit énergétique Le Canada répond à l'ensemble de ses besoins en électricité et en exporte même des quantités importantes aux États-Unis. (2002 ; 28-02-02)
Environnement
Efficacité énergétique nd
Émissions de dioxyde de carbone
 (CO2 issu de combustibles fossiles)
157,95 tonnes/an (2002 ; 00)
Ratification du protocole de Kyoto Oui (2002 ; 17-12-02)

Autour de 80 % de la production d'électricité au Canada aurait peu ou pas d'effet sur l'émission de gaz à effet de serre. (2002 ; 99)

Le secteur canadien de l'électricité contribue actuellement pour environ 18 % des émissions de gaz à effet de serre du pays. Le charbon utilisé pour la production d'électricité représente 84 % des émissions du secteur, suivi du gaz (9 %) et du mazout (7 %). En 1998, les province des Prairies produisaient la part la plus importante des émissions avec 53 %, suivies de l'Ontario avec 28 % et des provinces maritimes avec 15 %. Ces chiffres s'expliquent par l'importance de la production axée sur le charbon en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, ainsi que de la part toujours élevée du pétrole dans la production du Canada atlantique. Le Québec et la Colombie-Britannique produisent fort peu d'émissions en raison de la prédominance de la production hydroélectrique dans ces provinces. (2003 ; 09-02)

Politique énergétique et situation de l'industrie
Structure de l'industrie

Comme l'électricité est de juridiction provinciale au Canada, chaque province possède son propre parc de production et ses propres réseaux de transport - partiellement intégrés les uns aux autres - et de distribution. Le marché de chaque province est dominé par une ou quelques entreprises, très souvent publiques et sous contrôle provincial. Un certain nombre de producteurs indépendants vend aussi de l'électricité aux grandes entreprises qui exploitent les réseaux de transport provinciaux.
Les réseaux de transport et les marchées de l'électricité canadiens et étasunien sont partiellement intégrés. (2002 ; 28-02-02)

Il y a divers producteurs canadiens, autres que les grandes sociétés de services publics d'électricité, qui possèdent et exploitent leurs propres installations, notamment les petites sociétés privées et les organismes municipaux offrant des services publics d'électricité de même que les industries (pâtes et papiers, pétrole et gaz, pétrochimie, mines et aluminium). L'électricité produite par ces producteurs sert généralement à combler leurs propres besoins. Depuis les années 1980, certains producteurs indépendants ont percé, et vendent de l'électricité en vertu de marchés à long terme conclus avec les sociétés de services publics. À la fin de l'année 1997, la puissance installée des producteurs autres que les services publics, s'élevait à environ 8 232 MW soit 7,3 % de la puissance installé totale au pays. De ce nombre 82 % sont attribuables aux industries et le reste aux petites entreprises de services publics et aux producteurs indépendants. (2003 ; 18-12-02)

L'industrie canadienne de la production d'électricité est unique en raison de la prépondérance de la part de l'hydroélectricité, mais ce bilan global dissimule des écarts régionaux considérables. Dans la plupart des provinces, la production est dominée soit par l'hydraulique, soit par le thermique et certaines d'entre elles, comme l'Ontario où l'énergie nucléaire joue un rôle clé, présentent un portrait plus diversifié.
La plus grande partie de l'industrie canadienne de l'électricité est de propriété publique, à quelques exceptions importantes près :
Nova Scotia Power est une filiale 100 % d'Emera, une entreprise privée, et en Alberta, la majorité de l'industrie est privée, bien qu'EPCOR constitue à cet égard une exception importante. Dans quelques provinces, une certaine proportion de l'industrie est privée (ex. : West Kootenay Power en Colombie-Britannique, Newfoundland Power à Terre-Neuve et Maritime Electric à l'Île-du-Prince-Édouard), mais en général les sociétés d'État provinciales dominent encore les volets production et transport de l'industrie. Dans de nombreuses provinces, on constate l'émergence d'un nombre important de producteurs indépendants. C'est le cas en particulier en Ontario et en Alberta.
En ce qui concerne la propriété publique, la propriété municipale est dominante à plusieurs endroits, en particulier en Ontario, où les entreprises d'électricité comme Toronto Hydro et Hydro Ottawa appartiennent aux municipalités. En Alberta, EPCOR est la propriété de la ville d'Edmonton.
Traditionnellement, le secteur de l'électricité canadienne était composée d'entreprises intégrées qui assumaient toutes les fonctions, de la production au service à la clientèle, mais la situation est en voie de se transformer : les sociétés intégrées sont de plus en plus morcelées fonctionnellement en raison de la concurrence dans la vente en gros. Dans certaines provinces, les divers éléments sont structurellement distincts. C'est le cas à Terre-Neuve, où les fonctions de production et de transport, et de la distribution et la vente au détail ont été divisée en entités séparées. Dans les deux provinces ayant ouvert leur marché (l'Ontario et l'Alberta), on compte une grande diversité de modèles structurels dont les fonctions sont en grande partie morcelées. (2003 ; 11-02-03)

Contexte réglementaire

La gestion du secteur de l'énergie électrique est constitutionnellement déléguée aux provinces au Canada. L'Alberta a été la première à libéraliser son secteur électrique en 1995 et permet depuis le 1er janvier 2001 à tous les types de consommateurs de choisir son fournisseur d'électricité.
Une première loi sur la privatisation de l'industrie électrique de l'Ontario a été entérinée en 1998.
Par contre, si le Québec et la Colombie-Britannique ont ouvert les réseaux de transport de leur société d'État respective à d'éventuels concurrents, aucun plan significatif de privatisation du secteur électrique n'est à l'ordre du jour dans ces deux provinces. (2002 ; 28-02-02)

Le champ de responsabilité de l'Office national de l'énergie (l'ONÉ) dans le secteur de l'électricité comprend les domaines de la construction, de l'exploitation et de la cessation d'exploitation des lignes internationales de transport d'électricité et des lignes interprovinciales désignées, ainsi que les exportations d'électricité. Les sociétés désirant exporter de l'électricité ou construire et exploiter une ligne internationale de transport, doivent d'abord en obtenir l'autorisation auprès de l'ONÉ. (2003 ; 01-03)

Au Canada, la réglementation de l'électricité incombe presque entièrement aux provinces. Celles-ci s'étant tournées vers la concurrence ou la privatisation des entreprises, le rôle des organismes de réglementation quasi-judiciaires s'est accru.
l'Alberta et l'Ontario, qui représentent ensemble environ la moitié de la consommation d'électricité du pays, ont implanté la concurrence en gros et au détail sans restriction . La plupart des autres provinces ont implanté une certaine forme de concurrence pour la vente en gros ou sont en voie de le faire. (2003 ; 11-02-03)

En Ontario, le marché de la distribution d'électricité sera bientôt ouvert à la concurrence et la société d'État Hydro-One, la plus importante entreprise de transport et de distribution de la province, sera privatisée et cotée en bourse. La valeur des actifs d'Hydro-One s'élève à 10 G$CAN et son chiffre d'affaire à 880 M$CAN. (13-12-01)* 

Le marché de l'électricité ontarien sera ouvert à la concurrence le premier mai 2002. (18-12-01)*

OPG, société d'État, vend à l'entreprise Brascan 4 centrales hydroélectriques (488 MW en tout) situées sur la rivière Mississagi, à une centaine de kilomètres de Sault-Sainte-Marie, de même que quelques installations connexes. Les centrales sont celles de Wells (239 MW), Aubrey Falls (162 MW), George W. Rayner (46 MW) et Red Rock Falls (41 MW). Cet achat porte la puissance installée de Brascan à 1 500 MW au total, répartis entre ses 31 centrales en Ontario, au Québec, en Colombie-Britannique, au Maine et en Louisiane. (08-03-02)*

La Cour Supérieure de l'Ontario a statué que le gouvernement n'avait pas le droit de procéder, comme il l'avait prévu, à la privatisation du réseau ontarien de transport de l'électricité. (29-04-02)*

Le gouvernement de l'Ontario recule et ne compte plus privatiser entièrement Hydro One. Il n'exclue cependant pas une future participation du secteur privé dans l'entreprise, mais la province conservera le contrôle d'Hydro One. (12-06-02)*

Le gouvernement de l'Ontario annonce une diminution et un gel des tarifs d'électricité, rétroactifs au premier décembre 2002. Le nouveau tarif offert aux particuliers et aux petites entreprises a été fixé à 0,043 $Can par KWh. Les consommateurs recevront un remboursement pour la différence.
Ontario Hydro a été divisée en cinq sociétés distinctes, dont deux entreprises commerciales :

  • La société Ontario Power Generation produit de l'électricité et fait concurrence à d'autres entreprises au sein du nouveau marché.
  • La société Hydro One Inc. transporte et distribue l'électricité par le biais de sa filiale Hydro One Networks Inc.
  • La Société indépendante de gestion du marché de l'électricité (SIGMÉ) administre le marché pour l'achat et la vente d'électricité et organise la livraison de l'électricité aux entreprises de distribution réglementées. Et les distributeurs veillent à ce que l'électricité soit bel et bien amenée au client.
  • L'Office de la sécurité des installations électriques établit les normes de sécurité des infrastructures.
  • La Société financière de l'électricité de l'Ontario, société de la Couronne, se charge des modalité du remboursement, par les consommateurs d'électricité, de la dette d'Ontario Hydro. (12-11-02)*

Le gouvernement de la province de l'Ontario au Canada ne déréglementera pas les achats d'électricité des consommateurs, seul le prix de l'électricité vendue sur le marché d'échange ne sera pas réglementé. (25-11-02)*

Entreprises nationales
Atco
BC Hydro
Boralex 
IPL Limited
Hydro One

Manitoba Hydro
New Foundland & Labrador Hydro

Nouveau-Brunswick Power
Nova Scotia Power
Ontario Power Generation

SaskPower
TransAlta
TransCanada Pipelines
Vision Quest Windelectric
Westcoast Energy Inc

La société Hydro One transporte et distribue l'électricité par le biais de sa filiale Hydro One Networks. Cette société a été créée à la fin des années 1990 lorsque Ontario Hydro fut divisée en trois sociétés. En juin 2002, le gouvernement conservateur a revu son projet et décidé de vendre 49 % d'Hydro One, mais n'a pas trouvé d'acheteur. La transaction devait rembourser une partie de la dette de 38 G$CAN de la société.
Le démantèlement d'Hydro Ontario, a également mis en difficulté la Ontario Power Generation. L'ouverture de ce marché à la concurrence a entraîné une hausse moyenne de 23 % des tarifs de gros. À la suite d'une vague de protestation des consommateurs, le gouvernement a finalement annoncé une diminution et un gel des tarifs d'électricité. (27-01-03)*

Ententes de coopération
Inde La Corporation commerciale canadienne (CCC) a signé un protocole d'intention avec l'Office de l'électricité du Himachal Pradesh (Himachal Pradesh State Electricity Board) en vue de mettre en oeuvre le projet hydroélectrique de Kashang (258 MW). Exportation et Développement Canada (EDC) est très active en Inde et a misé environ 2 G$CAN sur ce marché pour les cinq prochaines années. EDC est en pourparlers avec un certain nombre de clients potentiels, tels que la Power Finance Corporation of India, ABB, la Société financière internationale, l'Industrial Finance Corporation of India (IFCI), la Banque d'Amérique, la Banque mondiale, la State Bank of India (SBI), la National Hydroelectric Power Corporation (NHPC) et les offices de l'électricité des États. Les instruments financiers comprennent les prêts directs aux entreprises, les marges de crédit et des mécanismes de cofinancement. L'ACDI a aussi accordé son assistance aux offices de l'électricité des États du Kerala, de l'Andhra Pradesh et du Madhya Pradesh pour fins de restructuration. Sa contribution totale se chiffre aux environs de 13,8 M$CAN. Les firmes canadiennes d'experts-conseils s'intéressent aux possibilités d'une entente avec la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BasD), les deux principaux prêteurs internationaux des projets énergétiques en Inde. (2003 ; 18-07-03)
   
Projet ITER Le Canada, les États-Unis, l'Union européenne, la Russie, le Japon participent à un projet de construction d'un réacteur expérimental de fusion nucléaire ayant pour objectif la production d'une énergie nucléaire plus propre et illimitée. La Chine souhaite également se joindre au projet. (30-01-03)*
Associations énergétiques nd

 

Production
(Pour le Québec et le Nouveau-Brunswick, voir les fichiers Québec et Nouveau-Brunswick)

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy 2002 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Office national de l'énergie du Canada. Site, 2002 ; Association nucléaire canadienne. Site, 2002 ; Ressources naturelles Canada, Site, 2002 ;

Thermique Le parc thermique (charbon, gaz et pétrole) est à l'origine du quart de la production d'électricité au Canada. Cette filière est par ailleurs en pleine croissance avec plusieurs projets de centrales au gaz naturel. (2002 ; 28-02-02)
Webamum : Fermeture

TransAlta a décidé de fermer sa centrale de Wabamum à l'est d'Edmonton au Canada et de canceller la commande de quatre turbines au gaz. Pour expliquer son geste, l'entreprise a évoqué un marché nord-américain qui ne prévoit pas de hausse de consommation d'électricité avant 5 ans. Les pertes de TransAlta pour le dernier trimestre de 2002 sont estimées à 55 M$US. (25-11-02)*

Éolienne

Dans les années 1990 à 2000 le Canada a installé un parc éolien de production d'électricité d'environ 200 MW de puissance. Pour augmenter cette puissance à 1 000 MW en 2007, le gouvernement a mis sur pied le programme EPÉÉ qui prévoit une aide financière de 0,012 $CAN sur chaque KWh - la moitié du coût d'achat de l'énergie éolienne au Canada - produit par chaque producteur éolien sélectionné. Cette mesure vise à rendre l'énergie éolienne concurrentielle d'ici l'entrée dans la période d'engagement du Protocole de Kyoto (2008 - 2012). (2002 ; 21-02-02)

Le faible coût et le surplus de la capacité de production de l'électricité ont eu une influence négative sur la croissance de l'utilisation de l'énergie éolienne au Canada. (2002 ; 23-07-02)

Le gouvernement canadien a lancé un programme de 260 M$US pour augmenter de 500 % la part de l'éolien dans la production d'électricité d'ici 2007. En 2002, la part de l'éolien était de 1 % de la production totale. (04-11-02)*

L'énergie éolienne au Canada ne compte actuellement que 311 MW de puissance de production sur un total évalué à 110 000 MW, mais l'ouverture du plus imposant parc d'éoliennes canadien en Alberta et la volonté des gouvernements ontariens et québécois de favoriser les ressources renouvelables montrent que l'énergie éolienne semble enfin prête à être adoptée à grande échelle au Pays.
L'Association canadienne de l'énergie éolienne soutient que le sud de l'Alberta possède tous les éléments qui composent la combinaison gagnante : des vents importants, une industrie déréglementée, des prix de l'énergie élevés et des consommateurs qui recherchent de plus en plus de l'énergie verte.
L'Association canadienne de l'énergie éolienne a un objectif de production de 10 000 MW d'ici 2010. Les provinces de l'Ontario et du Québec sont prêtes. En mai, Hydro-Québec a lancé des appels d'offres pour bâtir un parc éolien d'une puissance de 1 000 MW entre 2006 et 2012. À titre comparatif, les installations de la région québécoise de Gaspé produisent 102 MW. En Ontario, pour faire oublier les ratées des centrales nucléaires et des centrales au charbon, le gouvernement provincial a dévoilé une nouvelle stratégie pour augmenter la production d'énergie renouvelable. Le gouvernement provincial ontarien estime qu'en combinant l'énergie éolienne aux autres formes de production, la stratégie du gouvernement va permettre de produire 3 000 MW d'électricité dite propre d'ici 2014 dans la province. (13-07-03)*

  Lac McBride : Mise en service Vision Quest Windelectric, une filiale de TransAlta, vient de terminer le plus imposant parc d'éoliennes canadien. Situé dans un corridor particulièrement venteux du sud de l'Alberta, le parc du lac McBride compte 114 turbines capables de produire jusqu'à 75 MW. Les installations ont nécessité 200 jours de construction. (13-07-03)*
  Summerview : Construction Vision Quest Windelectric, filiale de TransAlta, construira un parc éolien nommé Summerview à proximité du lac McBride en Alberta. Il comptera 75 turbines qui pourront produire jusqu'à 120 MW. (13-07-03)*
Géothermique nd
Hydroélectrique Le parc hydroélectrique canadien assure environ 60 % de la production nationale. En 1999, le Canada était le plus important producteurs d'hydroélectricité au monde, même si ses divers réseaux hydrographiques ne sont pas tous exploités. (2002 ; 28-02-02)
Nucléaire L'énergie nucléaire fournit plus de 10 % de l'électricité produite au Canada, mais la part de cette filière a décliné significativement depuis 1994. La majorité des centrales nucléaires du pays est située en Ontario. (2002 ; 28-02-02)
Pickering A : Remise en service  À cause de problèmes liés à la mise à niveau des réacteurs, Ontario Power Generation repousse le redémarrage du premier des quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Pickering A en Ontario à la fin de décembre 2002 ou au début de 2003. Quand elle sera complètement en service, la centrale pourra produire 10 % de la consommation d'électricité de la province. (2002 ; 28-05-02)
  Projet ITER Le Canada participe au projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor).
La fusion nucléaire contrôlée est la quête ultime des physiciens pour doter l'humanité d'une source d'énergie nucléaire copiant le processus naturel intervenant au coeur du Soleil, une solution de rechange à la fission nucléaire.
Le lieu de construction du réacteur n'est pas encore déterminé. Une décision sur ce point devrait intervenir dans le courant 2003, entre les sites proposés par l'UE, le Japon et le Canada.
Le début de la construction du réacteur est prévu pour 2006 et son fonctionnement en 2014. Le budget du projet est estimé à 5 G$US par les États-Unis. (30-01-03)*
Solaire nd

 

Transport
(Pour le Québec et le Nouveau-Brunswick, voir les fichiers Québec et Nouveau-Brunswick)

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy, 2002 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Office national de l'énergie du Canada. Site, 2002 ; Association canadienne de l'électricité, Site, 2002 ; Office national de l'énergie (ONÉ). Site, 2003 ;

Réseau Le réseau de transport de l'électricité au Canada en 1997 comptait 158 700 km de lignes. (2002 ; 99)
Interconnexions
États-Unis La majeure partie du commerce international de l'électricité du Canada se fait de manière directe par le biais d'interconnexions qui relient les provinces aux États-Unis, en empruntant notamment les grandes interconnexions entre la Colombie-Britannique, le Manitoba, l'Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick et leurs États adjacents respectifs. Des transferts interprovinciaux empruntant le réseau électrique d'une province intermédiaire contribuent également à ce marché d'exportation. Par exemple, l'Alberta n'a pas de liens directs avec les É.-U., mais elle peut quand même accéder au marché américain en passant par la Colombie-Britannique et, dans une moindre mesure, grâce à son interconnexion avec la Saskatchewan. Le Québec a des liens directs avec les É.-U., mais il peut également exporter son électricité via le Nouveau-Brunswick et l'Ontario lorsque la capacité de transport le permet. Depuis 2001, la Nouvelle-Écosse exporte son électricité par le biais de son interconnexion avec le Nouveau-Brunswick. (2003 ; 01-03)

 

Distribution
(Pour le Québec et le Nouveau-Brunswick, voir les fichiers Québec et Nouveau-Brunswick)

Sources : USA. Department of Energy. Energy Information Administration / Office of Fossil Energy, 2002 ; Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Office national de l'énergie du Canada. Site, 2002 ; Association canadienne de l'électricité (ACÉ). Site, 2003 ;  
Réseau nd
Nombre de clients nd
Service Au cours des vingt dernières années, le Canada a bénéficié d'un approvisionnement en électricité suffisant, ce qui a contribué à maintenir les prix à un niveau relativement bas et la fiabilité à un niveau élevé. (2003 ; 11-02-03)  

 

Entreprises étrangères
(Pour le Québec et le Nouveau-Brunswick, voir les fichiers Québec et Nouveau-Brunswick)

Sources : Hydro-Québec. Revue de presse internationale ; Rapports annuels d'entreprises ; Office national de l'énergie du Canada. Site, 2002 ;
Entreprises des pays membres de la Francophonie
Liste nd
Autres entreprises
Duke Energy : Westcoast Energy Duke Energy a acquis pour 8 G$US Westcoast Energy, une entreprise de Vancouver dont la filiale Westcoast Power produit de l'électricité. (14-03-02)*
Mirant Mirant a annoncé qu'elle avait déposé une demande volontaire de restructuration en vertu du chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis. Certaines des filiales canadiennes de la société déposeront une demande de protection contre les créanciers en vertu de la Règle sur les arrangements avec les créanciers des entreprises (RACC) au Canada. (15-07-03)*
Liste Duke Energy (États-Unis) ; Mirant (États-Unis) ;

Note : 
La mention « A » suivant la date inscrite à « Dernière modification » atteste que le contenu de la fiche a été remis à jour et normalisé.     
Les chiffres entre parenthèses indiquent la date de publication suivie de la date de disponibilité des données quand elle est connue.
La lettre E signifie une estimation.
L’étoile suivant la date des données signale que ces données proviennent de la Revue de presse internationale d’Hydro-Québec.

 Pour une image plus complète de la situation au Canada, consultez l'index Canada.