Ontario Power Generation

Dernière modification : 11-03-02

 

Données générales
Données énergétiques
Données commerciales
Activités internationales

Données générales 

Changement de raison sociale Ontario Power Generation  (OPG) a remplacé l'ancienne Ontario Hydro.  (01)
Description OPG est le 5ième producteur d'électricité en Amérique du Nord et transporte la plus grande partie de l'électricité vendue aux 306 sociétés publiques municipales de distribution dont la plupart des Ontariens sont clients(01)
Territoire couvert Ontario  (00)  
Nombre d'employés 15 000  (00)  
Données financières
Actif 8,5 MM $ CAN (00)  
Dette 3,4 MM $ CAN (00)  
Réorganisation L'entreprise s'est scindée en cinq unités distinctes. Ontario Power Generation sera responsable de toutes les installations de production, mais verra sa part de marché passer de 85% à 35% d'ici dix ans. (05-99)

La filiale de British Energy a obtenu les droits de gestion de la centrale de Bruce jusqu'en 2018 pour 625 M $ CAN. Le contrat est assorti d'une clause prévoyant une possibilité de prolongation de 25 ans. L'entreprise prévoit remettre en fonction deux des réacteurs de la centrale, arrêtés il y a quelques années. (11-07-00)

Ontario Hydro a été scindée en 5 entreprises différentes : Ontario Hydro Services Company (OHSC) (services) ; IMO (opérateur de marché) ; EIA (Maintenance et sécurité) ; OHFC (gestion de la dette) et finalement OPG. Ontario Power Generation  (OPG) a remplacé l'ancienne Ontario Hydro en assumant  la propriété et les opérations des 80 centrales et des infrastructures de transport et de distribution de la défunte entreprise. OPG demeure propriété de l'État ontarien mais devra dorénavant s'auto-financer et être gérée comme une entreprise indépendante de production et de ventes d'électricité. (01)  

OPG, société d'État, vend à l'entreprise Brascan 4 centrales hydroélectriques (488 MW en tout) situées sur la rivière Mississagi, à une centaine de kilomètres de Sault-Sainte-Marie, de même que quelques installations connexes. Les centrales sont celles de Wells (239 MW), Aubrey Falls (162 MW), George W. Rayner (46 MW) et Red Rock Falls (41 MW). Cet achat porte la puissance installée de Brascan à 1 500 MW au total, répartis entre ses 31 centrales en Ontario, au Québec, en Colombie-Britannique, au Maine et en Louisianne. (08-03-02)*

 

Données énergétiques

Puissance installée
TOTALE 30 873 MW  (00) 
Thermique 9 700 
Nucléaire 8 728  
Hydroélectrique 7 309 
Production 126 TWh  (98) 

OPG produit de l'électricité à partir de 80 centrales : 69 hydroélectriques, 6 au combustible fossile, 5 nucléaires et 1 parc d'éolienne.  (00)

Voici les principales centrales dont a hérité OPG (99) :

Centrales Puissance Type de centrale
Nanticoke 3 976 MW thermique
Darlington 3 524 MW nucléaire
Bruce B 3 440 MW nucléaire
Bruce A 2 307 MW nucléaire
Lennox 2 140 MW thermique
Pickering B 2 064 MW nucléaire
Pickering A 2 060 MW nucléaire
Lambton 1 980 MW thermique
Sir Adam Beck 2 1 313 MW hydroélectrique
Lakeview 1 138 MW thermique
R.H.Saunders-St.Lawrence 1 021 MW hydroélectrique
Sir Adam Beck 1 472 MW hydroélectrique
Des Joachims 434 MW hydro-électrique

 

Données commerciales

Partenariat/Entente de coopération 
E7 : 
AEP, EDF, ENEL, Hydro-Québec, Kansai, OPG, RWE, Scottish Power, Tepco
Le E7 a été créé dans la foulée du Sommet de Rio en 1992. Il regroupe des entreprises du secteur de l'énergie électrique des pays membres du G7 et vise à promouvoir  sur la scène internationale la protection de l'environnement en tenant compte des besoins des pays en voie de développement et d'électrification. Le E7 s'intéresse au développement durable, aux changements climatiques, à la mondialisation et à l'aspect social reliés aux activités énergétiques. (2002 ; 15-01-02)  

 

Activités internationales 

PRODUCTION
Bolivie : Isla Marine Les entreprises membres du E7 (RWE Energie, OPG, Kansaï, Tepco, Edison International, Enel et EDF) vont financer la construction d'une petite centrale hydroélectrique de 5,5 MW à Isla Marine, en Bolivie. Il s'agit de la première application  du Clean Development Mechanism élaboré en Kyoto en 1997, qui permet à un pays ou à une organisation de financer un projet de réduction des émissions de gaz carbonique dans un pays en développement. (22-11-00) 

Pour une image plus complète de la situation au Canada, consultez l'index Canada.