Intervention 20 novembre 2023 Viêt Nam
Partager Facebook

Appui technique du Vietnam pour l’amélioration de la riziculture au Togo

Contexte et enjeux

Le Togo a une population essentiellement agricole avec plus de deux tiers des actifs occupés par l’agriculture. Pourtant, son agriculture ne satisfait pas encore les besoins nationaux en produits agricoles. Le défi majeur étant d’améliorer la production agricole nationale en particulier les rendements des produits les plus consommés. Dans le cadre du programme de résilience du système alimentaire, quatre filières agricoles stratégiques (volaille, riz, soja et tomate) ont été identifiées.

Concernant le riz dont le Vietnam possède une expertise et un savoir-faire indéniable, le niveau moyen des rendements de production au Togo est passé de 2,34 tonnes/ha en 2008 à 1,67 tonne/ha pour la campagne 2017/2018 entrainant ainsi d’énormes pertes de devises dans les importations d’environ 194.520 tonnes en 2019 (INSEED, 2019) pour couvrir les besoins de la population. Le rendement moyen en 2022 est de 1,70 tonnes par hectare au niveau national. Toutefois, quelques rares producteurs parviennent à obtenir 6 tonnes par hectare sur les périmètres irrigués. Cette contre-performance est imputable aux aléas climatiques, à l’insuffisance de la maîtrise de l’eau, à la baisse du niveau de fertilité des sols et au manque et faible adoption de technologies innovantes pour les exploitations rizicoles (Document de stratégie nationale de développement de la riziculture 2019-2030 du Ministère togolais de l’Agriculture, janvier 2020).

Aussi, en vue de développer la filière rizicole, cinq défis majeurs ont été identifiés au Togo : l’amélioration de la productivité du riz (la production actuelle étant loin de satisfaire la demande), la mécanisation des opérations culturales (labour-planage, repiquage, récolte et post-récolte), la lutte contre les oiseaux ravageurs, la diffusion auprès des producteurs des itinéraires techniques et des savoirs faires recommandés et la parfaite maîtrise de l’eau pour une pratique optimale d’une riziculture irriguée. Pour y faire face, les chercheurs recommandent actuellement en termes de pratiques culturales, le semis en pépinière suivi du repiquage à un plant par poquet, l’apport du NPK à 200 kg par hectare au plus tard 15 jours après repiquage, l’utilisation de l’amendement organique à partir des fientes de volaille, la récolte à 85% de maturité, le battage aussitôt après la récolte et le séchage durant au plus trois jours de bon soleil. Les variétés utilisées sont la variété IR841 (la plus cultivée), la variété Chapeau vert et la variété Jasmine 85e de plus en plus cultivée. Pour ce qui est des niveaux de fertilité des sols adaptés à la riziculture et les amendements utilisés par les riziculteurs, les bas-fonds et périmètres rizicoles sont relativement fertiles et les riziculteurs pour la plupart n’utilisent pas d’amendement mais plutôt des engrais minéraux.

Depuis 2023, l’OIF soutient le « Développement de technologies innovantes en agriculture et élevage pour la résilience des systèmes alimentaires au Togo » à travers l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) dans le cadre de son projet Nexus mis en œuvre pour promouvoir une approche vertueuse axée sur les synergies positives entre l’agriculture, le climat, l’eau, l’énergie et la biodiversité.

L’objectif est d’intensifier de façon durable les filières de volaille, riz, soja et tomate au Togo par le développement des innovations qui améliorent l’adaptation des systèmes agricoles au changement climatique. Cette action pilote a permis de cibler une dizaine d’innovations en cours d’incubation parmi lesquelles :

  • L’amélioration des rendements du riz à travers une gestion efficiente de la symbiose mycorhizienne pour renforcer la résistance du riz à la sécheresse et améliorer les rendements du riz tout en minimisant l’utilisation des engrais et pesticides chimiques
  • La valorisation énergétique et agricole des sous-produits issus de l’élevage notamment avicole pour les transformer en biogaz grâce à une technologie de digestion anaérobie. Le biogaz sert de source d’énergie renouvelable et le digestat est utilisé comme fertilisant pour les cultures de riz, de tomate et de soja
  • L’assistance numérique apportée aux producteurs agricoles et éleveurs en mettant à leur disposition des informations techniques actualisées (itinéraire technique, phytotechnie, prophylaxie, diagnostic des maladies, mesures d’hygiène et de biosécurité etc.), la mise en contact entre les spécialistes et les agriculteurs et éleveurs.

Par ailleurs, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et la République socialiste du Vietnam se sont engagés le 5 novembre 2021 à renforcer la coopération entre l’OIF et leur pays dans plusieurs domaines d’intérêt commun, dont l’agriculture. Dans cet élan, l’OIF et le ministère de l’agriculture et du développement rural du Vietnam (MARD) ont signé en mars 2022 un Mémorandum d’entente (MdE) sur le renforcement de la coopération Sud-Sud et tripartite dans le domaine de l’agriculture avec les pays et régions d’Afrique centrale et de l’Ouest, notamment pour les secteurs du café, de la noix de cajou, de la riziculture et du coton.

Afin de contribuer à l’opérationnalisation de cette entente par des actions concrètes tout en contribuant à l’atteinte des objectifs de la programmation de l’OIF en matière de développement durable, l’OIF à travers son Institut pour le développement durable et ses Représentations en Asie Pacifique et en Afrique de l’Ouest, en synergie avec l’Académie  vietnamienne des sciences agronomiques et l’ITRA au Togo,  ont décidé de mettre en œuvre l’action « Appui technique du Vietnam pour l’amélioration de la riziculture au Togo» dans le cadre de leur planification 2023.

L’objectif général de cette action est de favoriser la coopération technique entre le Vietnam et le Togo afin de contribuer à l’amélioration de la riziculture au Togo.

De façon spécifique, il s’agit de;

  • Soutenir l’amélioration variétale du riz (identification, création ou sélection de variétés performantes, adaptées et tolérantes au stress hydrique)
  • Identifier et promouvoir le matériel agricole adapté pour les opérations culturales (repiquage, récolte et post-récolte) des populations vulnérables à faibles revenus
  • Identifier et réaliser des tests des technologies de lutte contre les oiseaux
  • Soutenir le développement et la diffusion de technologies pour la maitrise de l’eau et la rétention de l’eau dans le sol tout en soutenant la mise en place des systèmes rizicoles intégrés à la pisciculture, et à l’élevage avicole

Résultats attendus

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Un document technique de synthèse sur la riziculture au Togo est disponible
  • Un rapport de recommandations techniques (semences, matériels, pratiques, mesures et dispositifs, coût, etc.) est élaboré
  • Un document de programme national sur l’amélioration de la riziculture est rédigé

Le portage institutionnel du document du projet élaboré dans le cadre de l’Action tripartite de même que les démarches de mobilisation de ressources et l’opérationnalisation des activités qui en découlent sont assurés par l’ITRA.

Phases de l'intervention

9 décembre 2023 au 16 décembre 2023

Mission exploratoire d’experts du Vietnam pour l’amélioration de la riziculture au Togo

VSF Niger

Actions structurantes de terrain

Appui aux chaînes de valeur agropastorales au Sahel

Intervention En savoir plus

L’infolettre de l’IFDD

Abonnez-vous !

Tree illustration

Ce site web utilise les cookies

ATTENTION : toutes nos formations sont gratuites.

L’IFDD-OIF ne demandera jamais de frais ou de dépôt pour s’inscrire et participer à une formation ou toute autre activité. Nous vous informons que ce site utilise des cookies pour assurer que notre site est conviviale et pour garantir une expérience optimale. En poursuivant sur ce site, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité.