Retourner aux articles

Concertation francophone sur les enjeux prioritaires et la place du français dans les négociations visant à accélérer la mise en oeuvre de l’Accord de Paris

Télécharger le billet au format PDF

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à travers son organe subsidiaire, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), a organisé ce mercredi 2 décembre 2020,
une concertation francophone sur les enjeux prioritaires et la place du français dans les négociations visant à accélérer la mise en oeuvre de l’Accord de Paris.

Cette rencontre, présidée par la Tunisie, s’est déroulée en ligne dans le cadre des Dialogues pour le Climat 2020, organisés par le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et a réuni plus de 50 négociateurs francophones participant aux travaux de la CCNUCC.

Concertation francophone climat 2 décembre 2020

En dépit de la crise sanitaire actuelle, les pays francophones sont entièrement engagés à contribuer à la prise de décisions fortes au niveau international, en matière de lutte contre les changements climatiques. Ils sont attachés à l’avancement des négociations sur les enjeux prioritaires, notamment la finance climatique, les mécanismes de coopération et la transparence sont des sujets pour les délégués francophones. Dans ce processus en attente de directives opérationnelles sur ces enjeux, les acteurs francophones partagent des défis communs liés au multilinguisme dans le processus, le renforcement des capacités pour l’appropriation des priorités nationales, l’accès à la finance climat, etc.

La concertation a permis d’ouvrir un débat entre les acteurs francophones sur les différents enjeux susmentionnés et échanger les points de vue sur les défis communs.

L’ouverture de la concertation a été marquée par des messages de Monsieur Jean-Pierre Ndoutoum, Directeur de l’IFDD, de Madame Laurence Pollier, Coordonnatrice des organes subsidiaires, Secrétariat de la CCNUCC, et de Madame Sabria Bnouni, Directrice générale de la coopération Internationale au Ministère des affaires locales et de l’environnement de la Tunisie.

Une première présentation consacrée au «Décryptage des enjeux prioritaires et défis communs aux pays francophones» a été faite par Madame Madeleine Diouf Sarr, Chef de la Division Climat, Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Sénégal.

Madame Laetitia Demarez, Directrice de Climate Analytics, est ensuite intervenue sur le thème «Langue française, instrument de négociations internationales climat réussies et d’opérationnalisation de l’Accord de Paris pour la Francophonie : Défis et perspectives?»

Et enfin, Monsieur Issa Bado, Spécialiste de programme IFDD et Monsieur Stéphane Pouffary, Directeur ENERGIES 2050, ont présenté la structure de la version provisoire du Guide des négociations, éditée en novembre 2020, et qui se veut une «passerelle» entre la 25ème et les 26ème Conférence des Parties (CdP).

Concertation francophone climat 2 décembre 2020

Tous les représentants des institutions étant intervenues à cette concertation ont exprimé leur disposition à collaborer pour une utilisation accrue du français dans les négociations internationales sur le climat et dans les institutions et forums œuvrant à la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Les discussions ont fait ressortir l’importance qu’accordent les négociateurs francophones au respect du multilinguisme et à l’emploi de la langue française dans tous les travaux de la CNUCC
: ceux des réunions plénières de la CdP mais aussi ceux des réunions intermédiaires, notamment les réunions des groupes de contact; et également dans les procédures du Fonds vert pour le climat (accréditation, dépôt de projets…).

Les États et gouvernements membres de la Francophonie ont été encouragés à s’exprimer en plénière, lors de la CdP26, pour inscrire ces questions dans les ordres du jour et demander des prises de décisions concrètes sur ces sujets.

Il a également été relevé l’importance que les gouvernements membres de la Francophonie inscrivent la maitrise de la langue française dans leurs critères de recrutement des consultants internationaux.

Plusieurs représentants de pays ont pris la parole, notamment le nouvel Ambassadeur Climat, Monsieur Stéphane Crouzat.

En conclusion, Madame Bnouni a remercié l’IFDD, le Secrétariat de la CCNUCC et tous les intervenants et participants qui ont
rendu cet événement spécial si pertinent.

Les conclusions de cet évènement seront partagées avec le Secrétariat de la CCNUCC et les décideurs des pays francophones.