Blogue 5 mai 2023 IFDD
Partager Facebook

Le secrétariat de la CDB : engagé pour la biodiversité

IFDD

Publié par
IFDD

Le Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB)  est l’instrument majeur pour la conservation de la biodiversité, l’utilisation durable de ses éléments et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques. Notre rôle est de développer des politiques internationales pour l’application de ses principes, et le soutien de nos Partis pour l’application au niveau national, ainsi que de renforcer leurs capacités à participer dans la négociation de ces politiques internationales.

Pour le troisième objectif de la convention sur l’accès et le partage des avantages découlant de l’utilisation de la biodiversité, le protocole de Nagoya a été négocié il y a 10 ans afin de donner aux Parties les outils nécessaires pour l’accès et le partage des avantages pour les ressources génétiques et accélérer son application. Aujourd’hui, les chercheurs utilisent de plus en plus des données virtuelles telles que les données de séquençage, dans leurs recherches. De ce fait, un nouveau sujet a émergé en tant que l’information de séquençage numérique (ISN). Ce sujet peut être illustré par l’exemple du virus Sars-Cov-2, que nous connaissons tous trop bien avec la pandémie récente de la Covid 19. Lorsque cette maladie a été déclarée pandémique, sans que nous aillions les moyens de la détecter ou diagnostiquer, soigner, et de la prévenir avec des vaccins, les chercheurs du monde entier se sont mobilisés pour trouver une solution au plus vite. Aucun pays n’a refusé de partager ses données, soit génétiques numériques, soit de ressources génétiques physiques, et les ont déposés sur des bases de données publiques et accessibles à la communauté de chercheurs scientifiques. En contrepartie, lorsque le vaccin a été trouvé et manufacturé, sa distribution a été guidée en plus grande partie par les intérêts privés des compagnies qui les ont brevetés. Les conséquences ont été tragiques pour la vie humaine et l’économie. Des dizaines de cas bien moins tragiques mais tout aussi inéquitables se déroulent régulièrement, ou des données publiques créent des biens privés dont les bénéfices ne sont pas partagés. Ce problème est au cœur du travail sur l’ISN.

Dans ce procédé de négociations internationale, les pays et partenaires francophones ont joué un rôle clef. Par exemple, le continent africain a mis en avant une proposition de politique très influente sur les discussions de la dernière CdP, en décembre 2022 à Montréal. Cette coordination continentale est exemplaire en ce fait qu’elle est constamment bilingue, permettant à tous de participer de manière égale, et aussi du fait qu’elle reflète les opinions communes de ses Parties au même titre que ses différences. Cette démarche est très efficace et permet de faire avancer le débat à grande vitesse. L’Union Européenne est également partiellement francophone et est aussi un groupe de parties majeures pour la CDB, et ne parle que d’une voix. Ces partenaires et leurs contributions significatives à la quinzième réunion de la Conférence des Partis à la Convention sur la Diversité Biologique (CdP15) ont permis aux négociations d’aboutir sur des décisions majeures, comme celle du cadre mondial pour la biodiversité, et celle sur l’ISN. Il a été décidé que l’utilisation de l’ISN devra résulter en un partage juste et équitable des avantages qui en découlent, au travers d’un mécanisme multilatéral. Cette décision est majeure et donne le ton aux autres instruments internationaux traitant de ce sujet : l’Organisation Mondiale pour la Santé, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, ou encore le processus sur la protection de la biodiversité dans les zones situées au-delà des juridictions nationales.

Pendant la longue période entre la CdP14 et la CdP15, qui aura duré 4 ans au lieu de 2 ans, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD) aura joué un rôle très important auprès des pays francophones. L’Institut a mené l’engagement à développer les capacités des jeunes négociateurs et des négociatrices des pays francophones en voie de développement. Également, l’IFDD a été présent à chaque réunion du groupe de travail sur le cadre mondial, qui traitait de l’ISN. Les groupes de travail et ateliers qui ont précédé ces réunions, et la CdP15, ont inclus notre participation, et ont permis aux délégués d’arriver aux réunions informés et prêts pour les négociations qui s’y déroulaient. Ça a fait toute la différence. Preuve en est des remerciements de la Secrétaire Exécutive à la Convention sur la Diversité Biologique lors de son discours d’ouverture de la CdP15.

L’IFDD est un partenaire précieux du Secrétariat sur la CDB, qui travaille main dans la main avec nos Parties, et sur lequel nous pouvons nous appuyer. Nous sommes ravis de continuer cette collaboration.

Dr Charlotte Germain-Aubrey
Chargée de programme, Convention sur la biodiversité biologique – Canada

L’infolettre de l’IFDD

Abonnez-vous !

Tree illustration

Ce site web utilise les cookies

ATTENTION : toutes nos formations sont gratuites.

L’IFDD-OIF ne demandera jamais de frais ou de dépôt pour s’inscrire et participer à une formation ou toute autre activité. Nous vous informons que ce site utilise des cookies pour assurer que notre site est conviviale et pour garantir une expérience optimale. En poursuivant sur ce site, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité.