Rapport national TIPEE – Togo 2011

Rapport national TIPEE – Togo 2011

Sommaire


Rapport national TIPEE – Togo 2011

Traitement de l’Information pour des Politiques Énergétiques favorisant l’Écodéveloppement (TIPEE)

(fichier PDF, 2.20 Mo)

La version papier de ce document n’est pas disponible ou est épuisée.




rapport_togo_couv


Depuis 2005, le Togo a mis en place un Système d’Information Energétique (SIE) avec l’appui de l’Institut de l’Environnement et de l’Énergie de la Francophonie (IEPF) et d’ECONOTEC, consultant privé. L?objectif de ce système est de disposer d’informations fiables en vue d’une politique énergétique cohérente.


De ce SIE, découle l’adhésion du gouvernement du Togo au projet Traitement de l’Information pour des Politiques Énergétiques favorisant l’Écodéveloppement (TIPEE).


Ainsi, un certain nombre d’indicateurs ont été sélectionnés dans le cadre du projet TIPEE dans un souci de simplicité et de pertinence. Ces indicateurs ont été tirés du « Manuel d’accompagnement destiné aux analystes nationaux » élaboré par HELIO International en juin 2011. Au regard des résultats obtenus, il ressort que :


    • Sur le plan environnemental, les émissions de CO2 au Togo sont faibles tandis que l’indice du polluant local majeur lié à l’énergie qu?est le CO et celui de la déforestation indiquent de mauvais résultats. Ce qui appelle à renforcer les politiques de lutte contre la pollution atmosphérique et contre la déforestation;


    • Sur le plan énergétique, les indices du fardeau énergétique domestique, des réserves non renouvelables et de la qualité du service électrique indiquent des résultats moyens. Quant au déploiement des énergies renouvelables locales, et à la mobilisation des énergies vertes, les indicateurs signalent les mauvais résultats. Il est donc nécessaire d’améliorer les stratégies dans le domaine de l’électrification et promouvoir les énergies renouvelables, par exemple en subventionnant les équipements utilisant les énergies renouvelables;


    • Sur le plan de la gouvernance, les indicateurs du contrôle des recettes et de la consultation informée restent à des niveaux moyens, tandis que les indicateurs de la participation citoyenne et de l’équilibre de la gouvernance sont mauvais. D?où la nécessité de mettre en place un cadre institutionnel et réglementaire approprié en vue de favoriser une meilleure concertation entre les acteurs,d’intégrer l’approche genre dans la gestion du secteur énergétique et de mieux associer la société civile et les ONG dans le processus de prise de décision ;


    • Sur le plan de la vulnérabilité et de la résilience, seul l’indicateur de l’expertise locale disponible est bon. Les autres indicateurs (vulnérabilité des approvisionnements thermiques non renouvelables, vulnérabilité des approvisionnements renouvelables et de l’acheminement énergétique, information scientifique, directives d’implantation et gestion des crises) sont moyens. En ce qui concerne les indicateurs évaluant la capacité d’investissement, la mobilisation des énergies vertes et les assurances disponibles, ils sont tous mauvais.



Auteur(s) : Equipe TIPEE-TOGO

Conception et mise en oeuvre du projet, HELIO :

Supervision : Hélène Connor


Mise en oeuvre du projet, IEPF :

Supervision : Fatimata Dia Touré, Directrice,

Responsable du projet : Ibrahima Dabo, Spécialiste de programme, chargé du Projet « Élaboration des Politiques Énergétiques »,

Diffuseurs :
Publication : 2012

55 pages



Partenaires

Il n'y a pas de partenaires pour cette publication.

Publication : 2012