Retourner aux articles

L’IFDD formera deux cent négociatrices originaires de 23 pays de la Francophonie

Télécharger le billet au format PDF

Actions francophones pour le climat
: renforcer la présence des femmes

Québec, le 26 octobre 2020. Afin d’assurer une plus forte présence des femmes dans le processus international de prise de décisions sur le climat, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD) formera deux cent (200) négociatrices provenant de vingt-trois (23) pays de la Francophonie.

La formation à distance, qui se tiendra du 26 octobre au 5 novembre prochain, a été développée à l’initiative de l’IFDD, organe spécialisé de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), avec l’appui financier du gouvernement du Canada. La formation fera intervenir une dizaine d’experts internationaux et se déroulera dans «l’Académie virtuelle du développement durable» du site web de l’IFDD (https://formation.ifdd.francophonie.org/).

Les participantes, aux profils variés et désignées par leur pays, seront outillées sur les enjeux et les techniques de négociations internationales sur les changements climatiques. La formation permettra ainsi de constituer, dans chacun des 23 pays, un bassin de femmes prêtes à intégrer les délégations, à défendre leurs positions, à négocier et à contribuer au développement de politiques en matière de changements climatiques dans leurs pays.

Le Canada est résolu à renforcer le pouvoir d’action des femmes et des filles dans le monde entier, et nous avons la conviction profonde que la prise de décision est plus efficace lorsque des voix issues de divers horizons se font entendre. Lors de la COP25, j’ai été ravi de rencontrer des négociatrices hors pair qui avaient participé à l’atelier de formation donné en 2019 au Rwanda. Elles m’ont parlé de l’expérience qu’elles ont acquise au sein du programme et de la façon dont elles mettent à profit leurs nouvelles compétences pour améliorer le sort des femmes et des filles, qui sont souvent plus durement touchées par les effets des changements climatiques. Il me tarde de voir l’influence qu’auront les participantes de cette année sur les négociations internationales sur les changements climatiques lors de la COP26.

l’honorable Jonathan Wilkinson, Ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada

Les femmes sont fortement touchées par les effets des changements climatiques et pour cette raison, il nous est impératif qu’elles bénéficient non seulement d’une plus juste représentation au sein de leurs délégations nationales respectives mais bien plus, qu’elles soient directement impliquées dans la négociation internationale touchant ces matières.

monsieur Jean-Pierre Ndoutoum, Directeur de l’IFDD

Depuis 2018, l’Institut s’emploie au renforcement des capacités d’une vingtaine de femmes par année en matière de négociation sur le climat. L’augmentation significative du nombre de femmes qui seront formées en 2020, par le biais de la formation à distance, témoigne de la détermination ferme de l’IFDD et de l’OIF d’assurer aux femmes un positionnement prioritaire au sein de l’organisation.

Les vingt-trois (23) pays qui ont désigné leurs représentantes pour participer à la formation sont : le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, l’Union des Comores, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée-Conakry, Haïti, le Liban, Madagascar, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Rwanda, le Sénégal, le Tchad, le Togo et le Vanuatu.

L’OIF compte 88 États et gouvernements: 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs. www.francophonie.org

L’IFDD a été créé en 1988 et est basé à Québec. Il a pour mission de contribuer au renforcement de capacités des pays de l’espace francophone, notamment dans les secteurs de l’énergie et de l’environnement, pour le développement durable. www.ifdd.francophonie.org

Introduction à la formation des négociatrices – climat 2020. Issa BADO, Spécialiste de programme a.i, IFDD
Formation des négociatrices – climat 2020. Témoignage de Madame Lovakanto RAVELOMANANA, Madagascar