Retourner aux articles

Ne laisser personne de côté : les ODD à l’échelle locale

Télécharger le billet au format PDF

Novembre 2020. Devait se tenir ce mois-ci la 26e Conférence des Parties (CdP) à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Qui n’aura évidemment pas lieu, COVID-19 oblige. Cette conférence n’en est pas moins importante. 5 ans après Paris, où les États se sont engagés à limiter le réchauffement à 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, nous sommes loin du compte. Les nouvelles contributions déterminées au niveau national (CDN) de chaque État devaient être déposées cette année. Dans ce contexte, les plans de relance nationaux seront scrutés à la loupe.

La COVID retarde nos efforts internationaux dans la lutte aux changements climatiques, et donc aussi dans l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD). À 10 ans de l’échéance, le plus récent rapport des Nations Unies sur les ODD relate qu’avant même la pandémie de COVID-19, « les progrès demeuraient inégaux et nous n’étions pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs d’ici à 2030 ». Mais ce n’est pas parce que la CdP est reportée qu’il n’y a plus d’urgence climatique. D’autant que les émissions mondiales de GES ont pratiquement déjà retrouvé leur niveaux d’avant crise.

Ainsi, la recherche de la durabilité ne doit pas s’arrêter aux niveaux international et national. Les collectivités territoriales ont un rôle central dans l’atteinte de l’Accord de Paris sur le Climat et des ODD.

Le monde tel que nous le connaissions est en profonde mutation, mais les émissions de GES, elles, ne semblent pas s’arrêter. Plusieurs pays d’Europe annoncent aujourd’hui des reconfinements. Les petites et moyennes entreprises sont à risque. Les centres-villes ont perdu leur essence. Les systèmes de transport urbains aussi. Le commerce en ligne explose, au détriment des commerces locaux. Des modèles d’affaires sont à revoir un peu partout. Il y a un exode des villes vers les banlieues alors que nos maisons deviennent aussi nos bureaux: les gens recherchent plus d’espace. Avec plusieurs effets rebonds: accaparement des terres, augmentation de la dépendance à la voiture, isolement. Avec une crainte: celle que ce phénomène ne nous éloigne aussi encore plus les uns des autres, créant un royaume de l’individualité. Le développement durable a besoin que nous partagions une vision commune de ce développement. De parler au «nous», pas au «je». L’intérêt collectif n’est pas la somme des intérêts individuels.

Cela amène des défis immenses aux collectivités locales, dont les finances sont aussi mises à sec. Si les paliers nationaux de gouvernements ont été appelés à jouer un grand rôle pour juguler la crise (avec différents programmes de soutien), les collectivités territoriales sont appelées à jouer un rôle central dans la reconstruction. 65% des cibles des ODD ne pourraient pas être atteintes sans la contribution des collectivités locales.

C’est notamment ce qui pousse les villes à réaliser leur propre rapport locaux volontaires de mise en œuvre des ODD, un puissant outil pour appuyer les mettre en valeur la contribution des collectivités locales aux ODD, y compris en ces temps incertains.

Par exemple, dans sa contribution 2020, la ville de Buenos Aires, en Argentine, témoigne: « L’émergence de la COVID-19 a accéléré notre planification et nous a conduit à donner encore plus d’élan à de nombreux objectifs que nous avions projetés. Les initiatives prises pour renforcer les capacités du système de santé, l’accès à l’éducation virtuelle, la disponibilité des offres culturelles et la participation citoyenne sont quelques exemples qui rendent compte des progrès réalisés dans l’Agenda 2030».

On place beaucoup d’attentes dans les plans de relance nationaux. Relance de l’économie, que l’on voudrait voir plus verte, plus équitable. Mais voilà un exemple que les villes aussi peuvent et doivent être un pilier de cette relance. En gardant le cap sur les ODD, en utilisant les ODD comme cadre de référence, surtout en temps de crise, les collectivités locales, bien outillées, peuvent contribuer à reconstruire en mieux des sociétés plus durables, résilientes et inclusives, et ne laisser personne de côté.

C’est dans cet esprit que l’IFDD publie cette semaine le #114 de sa revue Liaison Énergie-Francophonie, qui porte sur l’atteinte des ODD à l’échelle locale, contribuant à mettre de l’avant le rôle des collectivités territoriales dans la mise œuvre des ODD. Un séminaire en ligne, sur le même thème est également organisé le jeudi 12 novembre, 14h TU.

Bonne lecture.