Partager Facebook

Plus de 200 jeunes du Bassin du Congo participent à des formations pratiques et écologiques

Claire Schiettecatte

Publié par
Claire Schiettecatte

Dans le sillage de ses cours en ligne (CLOM) ayant déjà réunis plus de 245 000 étudiant·e·s depuis 2017, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a élargi cet été son offre d’enseignements avec une série de formations pratiques et écologiques en présentiel à destination des jeunes.

Celles-ci visaient essentiellement à partager des connaissances pratiques permettant de soutenir le développement des compétences essentielles pour stimuler la recherche scientifique, tout en favorisant l’émergence de l’innovation et la création de nouveaux emplois.

C’est la ville de Goma, en République démocratique du Congo (RDC), qui a marqué le coup d’envoi du 25 au 30 juillet 2022 avec une session d’enseignements consacrés aux déchets et à l’énergie durable. Lui ont ensuite succédé la ville d’Edéa (Cameroun) du 31 juillet au 6 août 2022 sur le thème agroalimentaire et agriculture durable, Yaoundé (Cameroun) du 7 au 13 août 2022 sur le thème construction et énergies durables et Kinshasa (RdC) du 8 au 13 août 2022 sur le thème Phytoremédiation, Phytopharmacopée et Agroforesterie.

220 jeunes scientifiques, ingénieur·e·s, technicien·ne·s et innovateur·trice·s du Burundi, du Cameroun, du Congo, du Gabon. de la RDC du Rwanda et du Tchad de 18 à 35 ans ont pu développer leur esprit critique et apprendre à impulser de nouvelles initiatives d’employabilité pour répondre au défi de la croissance verte et de l’évolution du marché de l’emploi dans l’espace francophone.

Un tronc commun à toutes les sessions leur a permis de participer à une journée de défis de l’innovation et de suivre des modules dédiés à la recherche et rédaction d’articles scientifiques. L’entrepreneuriat était également à l’honneur avec une intervention particulièrement appréciée sur les techniques pour démarrer en auto-emploi/entrepreneuriat sans financement externe (Commencer une entreprise avec zéro franc). Résolument orientées vers la pratique, ces sessions de formations ont surtout laissé la place au travaux de terrain, selon les thématiques des formations.

Goma : fabrication de pavés, briquettes et autres matériaux de construction à base de déchets plastiques ; fabrication d’emballages (cartons) à base de déchets organiques pour le stockage et le transport des aliments (en substitution des sachets plastiques) ; production de panneaux solaires à base de matériaux locaux ; production du gaz et énergie à petite échelle grâce à la méthanisation des déchets organiques

Edéa : agroalimentaire (cosmétique, laiterie, boissons, charcuterie, pâtisserie) ; agriculture durable (bio-intrants, agroécologie, agroforesterie, eau, énergie)

Yaoundé : construction durable (tables vibrantes, ciments, chaux, pouzzolane et bétons, briques cuites) ; énergies durables (microhydroélectricité, biogaz, charbon vert)

Kinshasa : amélioration de la qualité de l’eau et des sols par phytoremédiation, permaculture, production de médicaments à base des pharmacopées traditionnelles, mise en valeur des déchets pour la production d’insectes comestibles.

Des sites d’expérimentations ont été adoptés et aménagés à cette fin et les communautés locales impliquées. À Goma, ces enseignements ont par exemple permis la fabrication d’une centaine de pavés à base des déchets locaux au site d’expérimentation de Miten Power, qui seront offerts à l’Université de Goma pour aménager sa cour. À Edéa, les étudiants ont exposé et fait déguster leurs produits aux formateurs et riverains curieux venus pour la circonstance, et mis en vitrine les réalisations effectuées lors des ateliers agricoles. La formation de Yaoundé, elle, débouchera sur l’installation d’une turbine et d’un système de microhydroélectricité dans le village de Matomb, dans la région centre du Cameroun.

A l’issue de la formation, certains récipiendaires ont aussitôt enclenché la mise en application des compétences acquises. C’est par exemple le cas de Aimé Ngotcho Pameni qui assure actuellement la production, le conditionnement et la commercialisation de son « Vin rouge Le Paysan » fait à base des fleurs d’Hibiscus sabdariffa.

Rappelons que cette activité s’inscrit dans le cadre du Projet de déploiement des technologies et innovations environnementales pour le développement durable et la réduction de la pauvreté (PDTIE), porté par l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, l’Université Kongo en République démocratique du Congo (RDC), Eden Africa et Ingénieurs Sans Frontières au Cameroun, avec un financement du Fonds ACP pour l’Innovation, Programme de Recherche et d’Innovation de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP), un programme mis en œuvre par l’OEACP, avec la contribution financière de l’Union européenne.

Yaoundé – fabrication de briques en terre cuite

Kinshasa – synthèse du défi de l’innovation

Yaoundé – vainqueurs du défi de l’innovation

Yaoundé – fabrication de tables vibrantes

Edéa – vainqueurs du défi de l’innovation

Edéa – fabrication de biopesticide à base de cendres

Edéa – Vue globale sur la formation (en anglais)

Edéa – Master class innovation 1

Edéa – Master class innovation 2

Revue de presse télévisée

Edéa : Canal 2

Yaoundé : CRTV News (version française)

Yaoundé CRTV News (version anglaise)

Revue de presse écrite

L’infolettre de l’IFDD

Inscrivez-vous

Tree illustration

Ce site web utilise les cookies

Nous vous informons que ce site utilise des cookies pour assurer que notre site est conviviale et pour garantir une expérience optimale. En poursuivant sur ce site, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité.