Blogue 2 novembre 2022 IFDD
COP 27 Copyright REUTERSSayed Sheasha
Partager Facebook

Il est maintenant temps d’agir

IFDD

Publié par
IFDD

Spécialiste de Programme
Issa Bado 
Spécialiste de Programme
Image couverture : REUTERS/Sayed Sheasha

#4 / NOVEMBRE 2022 // L’INFOLETTRE DE L’IFDD

Dans le cadre de mon mandat en tant que Coordinateur de programme « Négociation internationale environnement et développement durable », mon rôle est d’apporter un appui aux différents acteurs et gouvernements francophones qui participent aux négociations internationales sur le climat, la biodiversité et la désertification. Je me consacre également à la finance climat pour former les négociatrices et négociateurs francophones aux modalités et conditions d’accès aux mécanismes internationaux du financement.

Il existe trois types d’appui : assurer une pleine participation des acteurs francophones à la prise des décisions internationales, accompagner les pays à la transformation des engagements en créant des cadres de concertation et en partageant les bonnes pratiques entre les États, et enfin, faire en sorte que ces pays puissent accéder plus facilement à la finance climat pour soutenir leurs efforts en matière de lutte contre les changements climatiques, de préservation de l’environnement et de protection de la biodiversité.

L’objectif des renforcements des capacités est de former des jeunes négociatrices et négociateurs, désignés par leurs pays, pour leur donner les techniques de négociation, et leur permettre de mieux aborder les positions et les divergences entre les différentes parties, notamment grâce au Guide des négociations.

Nous privilégions le dialogue entre les différents interlocuteurs francophones dans le cadre de concertation. Cela permet d’harmoniser les différentes positions et de mettre en lumière les enjeux comme la barrière linguistique, le manque de connaissance de la terminologie des négociations, et l’identification des différentes positions telles qu’elles évoluent au cours des négociations.

Chaque année le Pavillon de la Francophonie permet à nos États et gouvernements membres, ainsi qu’à nos partenaires, de présenter leurs initiatives et projets en matière d’adaptation aux changements climatiques et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est un espace d’échange qui favorise le dialogue et suscite des partenariats avec les décideurs des associations, du secteur privé et des banques de développement. Nous avons également conçu un espace en ligne, le e.Pavillon-de-la-Francophonie, pour suivre en direct les activités du Pavillon dans la zone de négociations. On y retrouve également le Guide des négociations, ainsi que la retransmission en direct des évènements parallèles d’autres organisations sur le climat, la biodiversité et la désertification. Cet espace virtuel unique a l’avantage de rendre visible toutes les initiatives et les actions de terrain des pays. En cinq éditions, plus de milles incitatifs ont été valorisés avec des résultats tangibles en matière de lutte contre le changement climatique et la lutte contre la désertification. Ce sont enfin plusieurs milliers de participants et de visiteurs qui sont connectés et des bailleurs de fond qui l’ont visité.

En quoi la CdP 27 est-elle un rendez-vous si crucial cette année?

La CdP27 est la première conférence internationale sur le climat qui va se consacrer à l’action, car ce n’est qu’en novembre 2021 qu’ont été adoptées les règles opérationnelles de l’accord de Paris. Il est maintenant temps d’agir.

Lors de ce rendez-vous, les moyens à mettre en œuvre à la suite de l’accord de Paris en 2015, et entré en vigueur en 2016, vont être discutés à Charm el-Cheikh. L’Égypte, pays francophone organisateur de cette CdP27, a décidé d’inscrire comme axe prioritaire : « Atténuations des changement climatiques et mobilisation du financement pour le climat ». Nous nous attendons à une mobilisation forte des pays francophones à cette conférence.

Quels sont les enjeux ?

Les enjeux de la CdP27 seront surtout d’amener les pays à accélérer la mise en œuvre de leurs engagements en matière de réductions des émissions de gaz à effets de serre et de renforcement de l’adaptation aux changements climatiques.

Maintenant il s’agit prioritairement de faire avancer les actions sur le terrain. La CdP 27 doit définir les moyens pour appuyer les initiatives de réduction des gaz à effet de serre, l’adaptation des pays, particulièrement les pays en développement et les petits états insulaires, qui subissent d’ores et déjà les impacts des changements climatiques, tels que des inondations, la montée du niveau de la mer, l’aggravation de la sècheresse et tous les effets corolaires.

Les ressources sont bien entendu un enjeu fondamental, comme la mobilisation de la finance climat. Plus d’impulsion des pays développés est attendu pour financer des initiatives et des projets dans les pays en développement car l’accord de Paris reconnaît ce qu’on appelle un devoir d’assistance des pays développés envers les pays en voie de développement ou l’« assistance finance ».

Pourriez-vous nous parler de votre engagement envers la cause du changement climatique et pourquoi elle vous tient tant à cœur?

Mon engagement est lié aux besoins des pays francophones en matière d’accompagnement. Le processus international de prises de décision se déroule très souvent en anglais. Dans chaque délégation nationale de négociateurs, il y a des changements très régulièrement et nous faisons face à un certain manque de connaissance des enjeux des négociations, ainsi que des techniques de négociations.

La Francophonie est composée de 88 États et gouvernements. C’est une immense opportunité sur les cinq continents : une opportunité unique de partage et de solidarité entre les pays, pour faire avancer les négociations tout en tenant compte de leurs spécificités et de leurs enjeux environnementaux propres. Le rôle de l’IFDD, avec modestie, c’est d’essayer de répondre aux besoins de différents pays en termes de renforcement des capacités et d’accompagnement, mais aussi de travailler parallèlement à la visibilité et au rayonnement de notre organisation.

Ce qui me réjouit c’est de voir les acteurs francophones participer au processus des négociations, munis des outils que nous mettons à leur disposition, en bénéficiant des renforcements des capacités que nous leur transmettons, et ce, pendant toute la durée des négociations.

 

En conclusion, pour résumer vos objectifs à la COP 27 :

Des actions concrètes et la motivation de porter la voix de la Francophonie en matière de climat, de biodiversité et de désertification.

 

Issa Bado
Spécialiste de Programme
Négociations internationales environnement et développement durable chargé de projet pour le Pavillon de la Francophonie à la COP 27.

Pour rejoindre Issa Bado :
+1 418 692 5727 poste 8233
issa.bado@francophonie.org
E-Pavillon Climatique (francophonie.org)

L’infolettre de l’IFDD

Inscrivez-vous

Tree illustration

Ce site web utilise les cookies

Nous vous informons que ce site utilise des cookies pour assurer que notre site est conviviale et pour garantir une expérience optimale. En poursuivant sur ce site, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité.