Blogue 6 septembre 2022 IFDD
Partager Facebook

Pour des communautés locales plus engagées face à l’urgence climatique

IFDD

Publié par
IFDD

L’un des principes fondamentaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030 est de « ne laisser personne de côté… » dans l’atteinte de ses objectifs. Ce principe fait ressortir des notions fondamentales d’inclusivité, d’équité et de solidarité et guide l’indispensable engagement des collectivités locales et des villes face à l’urgence climatique.

Pour l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), les questions d’adaptation aux effets du changement climatique et plus généralement le développement durable ne peuvent être traitées sans une réelle participation des collectivités locales francophones dans l’élaboration des politiques, des stratégies, des projets, des plans ou des lois. C’est pourquoi l’IFDD partage son expertise et ses ressources, avec ses partenaires, pour le renforcement des capacités de ces collectivités francophones, en trois étapes :  élaboration de leur plan local de développement durable, mise en œuvre de projets structurants concrets et enfin dans le suivi de ces projets.

C’est dans ce cadre que l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et l’IFDD ont coanimé, en marge de la 42e Assemblée générale de l’AIMF et de la COP climat des villes à Abidjan, un atelier autour du thème « repenser l’environnement législatif et règlementaire afin de mieux intégrer la place et le rôle des autorités locales ».

La mise en place d’un cadre législatif et règlementaire favorable aux collectivités sur les questions de climat et de développement durable est essentielle pour agir concrètement et rapidement à l’échelle des territoires, car il y a véritablement urgence. Il était alors primordial de dresser un état des lieux des pays francophones ayant adoptés des lois climats favorables aux collectivités territoriales. Quinze pays[1] francophones ont ainsi fait l’objet d’une étude qui a révélé que très peu ont adopté une loi spécifique sur le changement climatique sans que cela ne traduise pour autant une indifférence face à ce phénomène. La grande majorité des pays francophones d’Afrique dispose d’une loi sur la décentralisation et le transfert des compétences par l’État aux collectivités locales. Mais ce dispositif juridique ne prévoit pas de mesures effectives d’atténuation et/ou d’adaptation au changement climatique. L’absence de transfert de compétences et de moyens financiers spécifiques à la lutte contre le changement climatique justifieraient, en grande partie, l’inaction de certaines collectivités locales. Sur la base de ce diagnostic de l’AIMF, l’IFDD a fait des recommandations pour renforcer le plaidoyer et l’autonomie des collectivités locales dans leur adaptation aux effets du changement climatique : le transfert des compétences au niveau local en matière climatique et environnementale; la mise en place d’un système de formation continue pour assurer la disponibilité des ressources humaines pour mettre en œuvre l’Action climat au niveau local (conception de plans d’actions et de projets); des cadres de partage d’expérience et des bonnes pratiques entre les collectivités territoriales en matière de lutte et d’adaptation aux effets du changement climatique (intercommunalité); la création de guichets de financement de projets climat ciblés aux collectivités territoriales; l’amélioration du cadre juridique et règlementaire de la fiscalité locale afin de permettre aux collectivités territoriales de mobiliser davantage de ressources propres dédiées aux actions d’atténuation et d’adaptation (ex. : taxation sur les ressources naturelles); et le renforcement du partenariat avec le secteur privé pour générer des ressources localement afin de financer les projets climat (et réduire ainsi la dépendance aux mécanismes de financement externe).

L’ensemble de ces propositions constitue une contribution de l’OIF/IFDD aux discussions qui se tiendront en marge de la Conférence de Charm el-Cheikh en Égypte sur les changements climatiques (CdP 27). Elles permettront sans aucun doute de mettre en avant les villes et territoires, dont les enjeux sont le plus souvent absents des débats. Par ailleurs, afin de répondre aux défis de mobilisation de ressources, l’OIF mettra en place en 2023 un pôle francophone d’accès à la finance climat qui aura, entre autres, pour objectifs de fournir des outils au montage de projets bancables, ainsi que de l’information en français sur les modalités et procédures d’accès à la finance verte.

L’IFDD en tant qu’organe de référence en matière de développement durable poursuit ainsi ses actions de renforcement de capacités au bénéfice des communautés locales francophones pour bâtir un monde plus résilient, plus équitable et plus inclusif face à l’urgence climatique.

[1] Sénégal, Guinée, Mali, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Niger, Cameroun, Tchad, Gabon, République Démocratique du Congo, Congo, Centrafrique, Rwanda, Burundi

Marcel Kodjo KLASSOU
Spécialiste de programme
Planification stratégique du développement durable, IFDD

L’infolettre de l’IFDD

Inscrivez-vous

Tree illustration

Ce site web utilise les cookies

Nous vous informons que ce site utilise des cookies pour assurer que notre site est conviviale et pour garantir une expérience optimale. En poursuivant sur ce site, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité.